We’re available from 9 am to 6 pm on weekdays. Contact Us.
Un avatar piloté par la pensée pour aider les patients souffrant de handicap

Dans le cadre d’un projet de recherche en neurosciences, onepoint, le CHU et l’école Centrale de Nantes travaillent depuis l’hiver dernier sur un projet d’avatar piloté par la pensée.

Le but premier de cette association est de combiner différentes technologies de pointe afin d’améliorer la rééducation ainsi que la prise en charge des douleurs fantômes, survenant après une amputation ou des lésions du système nerveux, et certains troubles neurologiques ou handicaps (tels que ceux qui surviennent après un AVC).

Mêlant connaissances médicales, BCI (Brain to Computer Interface), intelligence artificielle, 3D, UX et UI design, réalités alternatives (virtuelle, augmentée, mixte) et gamification, les équipes ont développé un système permettant d’analyser l’activité cérébrale d’une personne au moyen d’un casque électro-encéphalographique et d’interpréter ses intentions de mouvement en les retranscrivant grâce à un avatar virtuel.

onepoint a également apporté son expertise en gestion de projet en mode agile avec une démarche de co-construction composée, notamment, d’ateliers de design thinking, d’idéation et de prototypage.

« Le potentiel des interfaces cerveau-ordinateur pour la neuro-réhabilitation au sens large est immense et reste à explorer. L’intégration de la réalité virtuelle, de la réalité augmentée, et de tous autres dispositifs de retour sensoriel permet une immersion puissante du patient dans un univers créé pour guider son apprentissage et sa rééducation. Il faut que cette expérience soit intuitive, amusante, qu’elle  s’adapte au fur et à mesure à la progression de chaque patient, unique, et qu’elle permette au praticien d’évaluer cette progression », explique le docteur Vincent Roualdes, neurochirurgien au CHU de Nantes.

Les premiers essais menés par l’équipe étant concluants, des essais cliniques devraient débuter dès l’année 2019.

« C’est la première fois en France et, à notre connaissance, dans le monde que de telles systèmes, combinant réalité virtuelle, gamification, intelligence artificielle et pilotage par la pensée (BCI), sont conçus dans le domaine de la santé avec une application concrète en termes de soins », explique Sébastien Ravoux, Tech Lead onepoint en charge du projet.

Le docteur Vincent Roualdes y voit déjà un moyen innovant de « réentraîner le cerveau en guidant par l’entraînement ciblé sa plasticité pour se « réparer » lorsque c’est encore possible ou piloter des objets connectés ou des prothèses pour pallier au handicaps moteurs (l’apprentissage du pilotage se fera grâce à ces systèmes de réalité virtuelle). Il faut une bonne synergie entre les équipes d’horizons très différents pour parvenir à de tels résultats ».

Ce projet sera présenté par le CHU de Nantes et onepoint le 22 septembre 2018 à l’occasion de la Digital Week de Nantes.

 

Focus sur le Luxembourg

Depuis le 28 juin 2018, le Luxembourg est l'un des premiers pays en Europe à autoriser l'usage médical du cannabis. Le projet de loi a été adopté à l'unanimité à la Chambre des députés. Le cannabis thérapeutique vise à soulager la douleur des patients souffrant de cancer, sclérose, maladies neurodégénératives ou encore de maladies chroniques douloureuses.

 

Dans le cas d'une amputation, l'intégrité même du corps est remis en cause. Les profondes réorganisations structurelles qui en résultent sont à l’origine d’un étrange phénomène : le patient continue de ressentir le membre qui n’existe plus. Cette sensation est éminemment corporelle d’où sa référence d’«hallucinose perceptive» ou membre fantôme.

Si ces douleurs peuvent se résorber dans l’année post-opératoire, chez 50 à 60% des patients, elles persistent et en deviennent intolérables (Hunter, 2008).

 

Sébastien Ravoux, Leader expertise et innovation onepoint, était hier sur BFM Business pour présenter un projet d'avatar contrôlé par la pensée mené avec le CHU de Nantes et Centrale Nantes Études afin d'aider les personnes souffrant de handicap.

Piloté par une intelligence artificielle, tout comme la Google Home ou Siri d'Apple, l'avatar numérique détecte l'ordre émit par votre pensée et va reproduire le geste grâce aux impulsions numériques émisent par votre cerveau. Cela va notamment permettre d'améliorer le quotidien des personnes souffrant de douleurs fantômes. Une méthode indolore et ne comportant aucun effet secondaire - à contrario des produits médicamenteux - pouvant être mis en place dans l'ensemble des centres hospitaliers.

 

Communiqué par onepoint