We’re available from 9 am to 6 pm on weekdays. Contact Us.
Technologies de la santé : résultats du premier appel à projets conjoint


Suite au premier appel à projets conjoint (Joint Call HealthTech) dans le domaine des technologies de la santé lancé le 1er avril 2021 auprès des entreprises et des organismes de recherche et de soins de santé, quatre projets ont été retenus parmi les 8 soumis. Le processus de sélection, qui s'est déroulé en deux phases, a concerné 17 expressions d'intérêt.

L'appel à projets conjoint lancé par le ministère de l'Économie, le Fonds national de la recherche (FNR) et Luxinnovation avait pour thème l'utilisation des outils numériques et de la puissance de l'analyse des données pour améliorer la prévention, le diagnostic, le suivi ou le traitement de maladies.

Il visait à stimuler les projets de R&D collaboratifs, sous la forme de partenariats-publics-privés (PPP) et à apporter un soutien financier aux entreprises et aux organismes de recherche et de soins de santé qui collaborent pour évaluer la pertinence d'une technologie/produit/solution de santé, ses avantages technologiques et bénéfices pour la santé humaine.

C'est la première fois, au Luxembourg, qu'une telle initiative a été lancée conjointement par le ministère de l'Économie, le Fonds national de la recherche et Luxinnovation.

Les quatre projets PPP retenus sont:

  • ViewMind, en partenariat avec le Luxembourg Institute of Health (LIH)
  • IEE, en partenariat avec LIH et le Centre hospitalier de Luxembourg (CHL)
  • LuxAI, en partenariat avec le LIH
  • Meracle Health en partenariat avec le LIH et le CHL


Le budget total de ces quatre projets est estimé à 6,10 millions d'euros. Un cofinancement global de quelque 4,5 millions d'euros provient de la part du ministère de l'Économie et du FNR, couvrant près de 75% du montant total des projets.

La contribution globale du Fonds national de la recherche est de 2,8 millions d'euros et celle du ministère de l'Économie de 1,75 million d'euros. La différence représente l'apport de fonds propres des entreprises ou des organismes de recherche.

Le ministre de l'Économie, Franz Fayot, a commenté: "Cet appel à projets conjoint s'inscrit dans la stratégie de diversification économique visant à développer davantage le secteur des technologies de la santé qui est animé par l'innovation, la résilience et la compétitivité."

De tels appels à projets dans le domaine des technologies de la santé facilitent, pour les entreprises, l'accès à des partenariats de recherche hospitaliers ou publics. Cela leur permet de valider techniquement et cliniquement leurs produits médicaux au stade prototype, avant de pouvoir envisager une mise sur le marché.

Cette approche a le double avantage de permettre aux entreprises de développer plus rapidement des produits mieux adaptés aux besoins des patients, et aussi aux patients et aux professionnels de la santé de pouvoir bénéficier plus tôt des dernières innovations médicales avant leur mise sur le marché, ce qui est dans leur intérêt.

Pour l'appel à projets conjoint concernant les technologies de la santé, un processus de sélection structuré a été suivi, débutant par le lancement de la plateforme gérée par Luxinnovation (https://www.research-collaboration.lu/) par laquelle les entreprises intéressées ont pu être mises en relation avec des partenaires potentiels.

Le cadre du Joint Call HealthTech a aussi permis à l'équipe de la Division de la pharmacie et des médicaments de la Direction de la santé de préparer la mise en place au Luxembourg d'un accompagnement réglementaire propice à l'innovation portée par des entreprises. Cela permettra un accès accéléré de patients luxembourgeois à des dispositifs médicaux de santé digitale innovants, sûrs et efficaces, ce qui constitue un des objectifs stratégiques de la future Agence luxembourgeoise des médicaments et des produits de santé.

Les projets soumis ont ensuite fait l'objet d'un examen approfondi par les autorités de financement. D'abord, par un panel indépendant d'experts, sous l'égide du FNR, qui a évalué la qualité innovatrice des projets par rapport aux standards internationaux. Ensuite, par la Commission consultative en matière d'aides d'État, sous l'égide du ministère de l'Économie, qui a validé la cohérence des projets avec les critères des aides d'État au développement et de l'innovation. Les experts de la Direction de la santé ont, quant à eux, fait part de leur avis, au cours des deux délibérations.

"La stratégie du FNR est de promouvoir la collaboration entre les institutions publiques de recherche, les entreprises et les acteurs du secteur de la santé autour de projets de recherche et d'innovation destinés à accélérer la transformation numérique du secteur de la santé", explique Marc Schiltz, secrétaire général du FNR.

"Dans le cadre de ces partenariats public-privé, les équipes de Luxinnovation se sont particulièrement concentrées sur le suivi des idées soumises dans les projets. Nous sommes notamment attentifs à la mise en relation des différents partenaires intéressés à participer, dans la sphère publique et privée. Nous activons ainsi un levier-clé de l'innovation dans notre pays", ajoute Sasha Baillie, CEO de Luxinnovation.

Au vu du succès rencontré par ce premier appel à projets, il est prévu de lancer d'autres joint-calls similaires, notamment dans le domaine de la défense, du calcul à haute performance et, à nouveau, des technologies de la santé.

Récapitulatif des projets cofinancés

ViewMind (en partenariat avec le LIH)

ViewMind est une entreprise d'origine argentine diplômée du programme d'accélération Fit 4 Start (géré par Luxinnovation et le ministère de l'Économie). Son projet "DigiCog" vise à valider cliniquement une technologie non invasive basée sur l'intelligence artificielle et permettant des évaluations neurocognitives à partir de l'oculométrie (eye-tracking) des mouvements en réponse à des stimuli visuels, afin d'identifier, parmi les patients souffrant de long-covid, ceux qui présentent des déficiences neurocognitives.

Viewmind

Budget: 1,360 million d'euros

IEE (en partenariat avec LIH et CHL)

IEE est, à la base, un leader mondial dans le domaine des systèmes de détection et de sécurité dans le secteur automobile. L'entreprise suit une stratégie de diversification engagée dans le secteur médical. Son projet "GAIT & Activity Monitoring Solution for Patients with Orthopaedic Conditions", en collaboration avec LIH et CHL, cherche à valider un dispositif portable pour le suivi, au quotidien, des patients souffrant de conditions orthopédiques (blessures musculo-squelettiques, arthrose, opérations ligamentaires…) dans des conditions réelles avant, pendant et après leur période de réhabilitation.

IEE Sensing

Budget: 1,529 million d'euros

LuxAI (en partenariat avec le LIH)

LuxAI est une spin-off de l'Université du Luxembourg, diplômée du programme d'accélération Fit 4 Start. La société a développé un robot social, "QTrobot", destiné à soutenir la thérapie à domicile des enfants autistes. Le projet de recherche se concentre sur la validation d'une intervention précoce délivrée par ce robot en tant que nouvelle approche thérapeutique numérique sur base de modules spécifiques d'enseignement, de formation et d'évaluation. Pour valider l'efficacité clinique de la solution, LuxAI et le LIH vont réaliser une étude clinique multinationale à long terme et à grande échelle. En outre, un nouveau module logiciel sera développé pour évaluer les données d'interaction recueillies par le robot pendant les séances de thérapie.

LuxAI

Budget: 1,868 million d'euros

Meracle Health (en partenariat avec le LIH et le CHL)

Meracle Health est une entreprise issue de l'Université nationale de Singapour, diplômée du programme d'accélération Fit 4 Start. Elle a développé le "Whizz", une solution intuitive permettant d'améliorer la gestion au quotidien des affections respiratoires chroniques. Le projet de validation clinique mené avec le LIH et le CHL ouvrira la voie à la certification européenne de l'appareil et permettra également de faire progresser la compréhension scientifique de l'asthme.

Meracle Health 

Budget: 1,346 million d'euros