We’re available from 9 am to 6 pm on weekdays. Contact Us.
Les données, un fardeau pour la majorité des entreprises luxembourgeoises

Selon une étude de Forrester et Dell Technologies, seulement 24% des entreprises luxembourgeoises (21% en Europe) déclarent accorder une importance capitale aux données et donner la priorité à leur valorisation. 58% (70% en Europe) indiquent qu’elles collectent des données plus rapidement qu’elles ne peuvent les analyser et les exploiter. 70% (67% en Europe) affirment qu’elles ont constamment besoin de plus de données, mais leurs capacités actuelles ne sont pas en mesure de les traiter.

Dell Technologies publie les résultats d’une enquête mondiale réalisée à sa demande par Forrester Consulting. L’étude révèle que la prolifération des données n’est plus un atout, mais désormais un fardeau pour la plupart des entreprises : face au volume, à la rapidité et à la diversité impressionnantes des données, leurs technologies, ressources humaines et processus ne sont plus à la hauteur. Si les entreprises se fixent toujours des objectifs en la matière (beaucoup se disent « data driven »), elles sont freinées par de nombreux obstacles tels que des lacunes de compétences, la compartimentation des informations, des silos métier, des processus manuels, des problématiques de confidentialité, ou encore une sécurité insuffisante.

Reposant sur les réponses de 4?036 décideurs data dans 45 pays, les résultats s’appuient sur l’Indice de transformation numérique biennal de Dell Technologies visant à évaluer la maturité digitale des entreprises dans le monde entier. Selon l’Indice 2020, « a surcharge de données/l’impossibilité de dériver des insights des données» s’impose comme le 2e obstacle majeur à la transformation digitale dans le monde, alors qu’il ne figurait qu’à la 13e place en 2016 (dernier échelon du classement). Dell Technologies initié cette étude pour mieux comprendre cette problématique et trouver des solutions afin d’éviter que les données deviennent le principal obstacle à la transformation.

L’enquête met en lumière plusieurs paradoxes qui freinent les entreprises d’aujourd’hui, notamment:

1. Le paradoxe de la perception

68% (Europe 64 %) des répondants se disent «data driven», affirmant que «les données sont essentielles au fonctionnement de leur entreprise». Cependant, 24% seulement (Europe : 21%) indiquent qu’ils accordent une importance capitale aux données et donnent la priorité à leur utilisation dans leur entreprise.

À des fins de clarté, Forrester Consulting a créé une métrique pour évaluer le niveau de préparation des entreprises en matière de données. Les résultats montrent que 92% (Europe : 89%) des entreprises n’ont pas encore avancé dans leur technologie et leurs processus de données et/ou dans leur culture et leurs compétences liées aux données. 8 % seulement (Europe : 11%) atteignent la catégorie « Data Champions », qui rassemble les entreprises activement impliquées dans ces deux domaines (technologies/processus et culture/compétences).

2. Le paradoxe des «yeux plus gros que le ventre»

Selon l’enquête, 58% (Europe : 70%) des répondants indiquent qu’ils collectent des données plus rapidement qu’ils ne peuvent les analyser et les exploiter, mais simultanément, 70% (Europe : 67%) affirment qu’ils ont constamment besoin de quantités de données que leurs capacités actuelles ne sont pas en mesure de fournir. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce paradoxe :

–60% (Europe : 65%) stockent une quantité significative de données dans des datacenters qu’ils détiennent ou contrôlent, malgré les avantages avérés du traitement à la périphérie, où ces données sont générées.

–Un leadership inefficace en matière de données : 68% (Europe : 70%) admettent que leurs dirigeants ne soutiennent toujours pas ouvertement la stratégie de données et d’analyse de leur entreprise.

–Une stratégie IT impossible à déployer à grande échelle : 52% (Europe : 49%) ajoutent des data lakes à leur environnement au fur et à mesure, au lieu de consolider leurs ressources existantes.

Par conséquent, l’explosion des volumes de données rend leurs activités plus laborieuses : 58% (Europe : 64%) des répondants indiquent qu’ils ne peuvent pas respecter leurs exigences de sécurité et de conformité en raison de la quantité colossale de données en leur possession, tandis que 64% affirment que leurs équipes sont déjà submergées par les données dont elles disposent.

«S’il est incroyable de se dire que les entreprises sont à la fois en manque de données et submergées d’informations, il ne faut pas oublier qu’elles font face à des pressions immenses, surtout en ce moment. En effet, 40 % indiquent que la pandémie a entraîné une hausse significative des volumes de données à collecter, stocker et analyser», explique Arnaud Bacros, General Manager de Dell Technologies Belux. «On ne peut pas supposer qu’elles sauront instinctivement gérer et exploiter leurs données correctement : devenir une entreprise axée sur les données est un travail de longue haleine qui nécessitera des guides tout au long du chemin.»

3. Le paradoxe de la conscience et de l’inaction

Si la pandémie a affecté les économies du monde entier, le secteur des services à la demande s’est développé, donnant lieu à l’émergence de nouvelles entreprises spécialistes des données. Cependant, seulement 22% des organisations en Luxembourg ont déjà migré la majorité de leurs applications et infrastructures vers des modèles «as-a-service». Mais paradoxalement :

–66% pensent que cette transition leur permettrait de gagner en agilité;

–72% voient l’opportunité de s’adapter à l’évolution des demandes client;

–62% pensent que ces modèles permettront aux entreprises d’activer des applications rapidement et facilement, en un clic;

–Un modèle à la demande pourrait aider 88 % des entreprises qui peinent à surmonter un ou plusieurs des obstacles suivants à collecter, analyser et exploiter plus efficacement leurs données :

- coûts de stockage élevés;

- entrepôt de données non optimisé;

- infrastructure IT obsolète;

- processus trop manuels pour répondre à leurs besoins.

Une lueur d’espoir

Malgré leurs difficultés actuelles, beaucoup d’entreprises comptent passer à l’action pour rendre leur avenir meilleur : 68% (Europe : 67%) prévoient de déployer le machine learning pour automatiser la détection des données anormales, 66% (Europe : 57%) envisagent de passer à un modèle data-as-a-service et 64% (Europe : 53%) comptent réaliser une analyse approfondie de leur pile de performance pour repenser leur traitement et leur utilisation des données.

Voici trois stratégies qui les aideront à faire des données un atout, plutôt qu’un fardeau :

1. Moderniser l’architecture IT pour exploiter les données à leur source : la périphérie. Pour cela, les entreprises doivent rapprocher leur infrastructure et leurs applications du point de collecte, d’analyse et d’utilisation des données tout en évitant l’expansion des informations, grâce à un modèle d’exploitation multicloud harmonieux.

2. Optimiser les pipelines de données, pour permettre la libre circulation des données en toute sécurité et les enrichir avec l’IA et l’apprentissage automatique.

3. Développer des logiciels pour offrir aux clients les expériences personnalisées et intégrées qu’ils attendent.

Les résultats complets de l’étude sont disponibles ICI